L’Investment Grade regorge d’opportunités pour faire travailler ses liquidités

Source : Rothschild & Co

Après avoir anticipé jusqu’à 6 baisses de taux en fin d’année dernière1, dont une première en mars, les incertitudes du marché face à la résilience de l’inflation ont réduit cet optimisme. En effet, à peine trois baisses des taux directeurs de la Fed sont valorisées aujourd’hui dans les futures2, dont une première en juillet3.

Le marché semble donc tiraillé entre la réalité des chiffres inflationnistes, le risque de ralentissement économique et les commentaires volontaristes des banquiers centraux. Les chiffres d’inflation américains, avec 3,8 % en février1, ne déclinent que très lentement et sont encore loin de la cible, la dynamique de court terme étant même haussière. Ceci conforte notre analyse selon laquelle les baisses de taux seront peu nombreuses cette année, et que, résultant de ces conditions financières restrictives, l’impact sur la croissance peut être plus sévère que prévu. Les indicateurs avancés sont en revanche sur une pente glissante, même si l’emploi reste résilient ; donnant ainsi de la matière aux commentateurs, qu’ils soient « dovish »4 ou « hawkish »5.

Sur les courbes de taux, bien que nous ayons constaté un impact haussier de ces anticipations sur les taux longs, notamment +50 points de base (pdb) depuis le début d’année sur le 5 ans allemand1, les primes de risque se sont réduites sur le marché du crédit, de 26 pdb pour l’Investment Grade6, pour revenir sur des niveaux plus vus depuis début 2022, quand la Fed procédait à sa première hausse de taux. Le marché du High Yield7 s’est, quant à lui, resserré de 70 pdb3. Les conditions financières ne se reflètent donc pas véritablement dans les primes de risque…

Face à la résilience des taux, la fenêtre d’opportunité pour investir sur les fonds à maturité reste ouverte, quand bien même la baisse des primes de risque nous paraît optimiste. Le portage devrait soutenir la performance du segment Investment Grade tout au long de l’année. Le point d’entrée actuel s’avère donc toujours intéressant pour les stratégies « buy & hold »8 qui vont profiter de ce portage avec des rendements non observés depuis 2011. Plus précisément, l’environnement de marché nous semble consacrer le retour de l’attractivité des rendements des émetteurs Investment Grade. Pour rappel, ce type de stratégie permet de rester relativement prudent en évitant l’excès de volatilité potentiellement engendré par un cycle récessionniste ou la publication des données macroéconomiques tout au long de 2024.

Par ailleurs, la probabilité de défaut au sein de ce segment à horizon cinq ans reste faible. Le vivier d’émetteurs présentant des fondamentaux sains étant actuellement riche, ce contexte permet de réaliser un bond picking9 de qualité.

Avertissement d’ordre général

Le présent article et la présente page de nature informative, sujets à modification, sont communiqués à titre purement indicatif et n’ont pas de valeur contractuelle. Le contenu n’est pas destiné à fournir un conseil en investissement ni un quelconque autre service d’investissement, et ne constitue, de la part de MeDirect Banque SA, ni une offre, ni une recommandation personnalisée, ni un conseil, en vue d’un investissement dans les classes d’actifs mentionnées et ne peut être considéré comme tel. Investir comporte toujours des risques. Les informations contenues sur cette page ne constituent pas un conseil juridique, fiscal ou comptable.


1Source : consensus, mars 2024.

2Engagement ferme d’acheter ou de vendre une quantité convenue d’un actif à un prix convenu et à une date future convenue.

3Source : Bloomberg, mars 2024.

4Positionnement favorable à une politique monétaire moins restrictive.

5Une politique monétaire Hawkish a pour objectif de lutter contre l’inflation.

6Titre de créance émis par des entreprises ou États dont la notation est comprise entre AAA et BBB- selon l’échelle de Standard & Poor’s.

7Les obligations “High Yield” (ou à haut rendement) sont émises par des entreprises ou États présentant un risque crédit élevé. Leur notation financière est inférieure à BBB- selon l’échelle de Standard & Poor’s.

8Stratégie qui consiste à conserver les titres jusqu’à maturité.

*Source : Rothschild & Co Asset Management, 29/02/2024. Le rendement actuariel brut, ou « Yield to Worst » désigne le rendement le plus mauvais que peut obtenir une obligation, sans que l’émetteur n’aille jusqu’au défaut de paiement.

9Sélection de titres.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *