Picture your Future. Save for it by earning 1.5% on a 1-year Term Deposit Account! Learn more.

Explorer les fonds d’investissement – Le rôle du gestionnaire de fonds

Un article rédigé par Ray Calleja, MeDirect

C’est le gestionnaire du fonds qui, sur la base de recherches et d’analyses, prend les décisions d’achat et de vente du portefeuille de titres composant les actifs du fonds. Votre portefeuille de titres peut être géré de manière active ou passive. Si votre portefeuille est géré passivement, il est basé sur un indice établi et les composantes sont choisies en tenant compte de l’indice sous-jacent. Dans le cas d’un portefeuille géré activement, le gestionnaire du fonds choisit les composantes du portefeuille. Le gestionnaire de fonds joue un rôle décisif dans la performance des fonds communs de placement actifs.

Ainsi, pour les fonds communs de placement gérés activement, le gestionnaire du fonds est essentiellement responsable des actions, obligations ou autres actifs que le fonds achètera avec l’argent des investisseurs. Le gestionnaire
de fonds joue essentiellement un rôle de sélectionneur d’actions. En se concentrant sur les ratios cours/bénéfices, la dynamique des prix, les ventes, les bénéfices, les dividendes et d’autres mesures diverses,
le gestionnaire du fonds constituera un portefeuille d’actifs pour atteindre les objectifs du fonds commun de placement. Ces objectifs (croissance, valeur, revenu, etc.) sont précisés dans le prospectus du fonds commun de placement.
Bien que les gestionnaires de fonds disposent d’une certaine marge de manœuvre, ces objectifs les aident à affiner leur recherche sur certains secteurs ou styles pertinents pour le fonds commun de placement individuel.

Un gestionnaire de fonds commun de placement doit également garder à l’esprit les normes de reporting conformément aux directives réglementaires. La constitution d’un fonds tient compte des objectifs des investisseurs, des
stratégies, des risques, des dépenses et des diverses politiques. Un gestionnaire de fonds est responsable du respect de ces détails et de ces règles ; il a la responsabilité de s’assurer que tous les documents sont
fournis à temps et conformément à toutes les règles et réglementations.

En Europe, la directive sur les organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM) est un cadre détaillé et harmonisé pour les fonds d’investissement qui peuvent être vendus à des investisseurs de
détail dans toute l’UE. Cela signifie que les fonds communs de placement autorisés dans un État membre peuvent être commercialisés dans un autre État membre en utilisant un mécanisme de passeport. Introduites
à l’origine en 1985, les règles relatives aux OPCVM ont été révisées à plusieurs reprises et sont mises à jour de temps à autre, la dernière fois par la directive OPCVM V qui est
entrée en vigueur en mars 2016. L’objectif de la directive OPCVM V était d’aligner le régime des OPCVM sur la directive relative aux gestionnaires de fonds d’investissement alternatifs (AIFM) (à titre d’information, seule
la directive AIFMD s’applique aux gestionnaires de fonds qui ne sont pas des OPCVM, notamment les fonds spéculatifs, les fonds de capital-investissement et les fonds immobiliers) en matière de rémunération et de règles
du dépositaire et d’introduire une série de mesures correspondantes : elle clarifie le rôle du dépositaire, introduit des règles sur les politiques de rémunération à appliquer aux membres clés
du personnel de la société de gestion d’OPCVM et harmonise les sanctions administratives minimales en cas d’infraction aux règles des OPCVM. L’UE compte plus de 34 250 fonds d’OPCVM, qui représentent plus de 10 000 milliards
d’euros d’actifs sous gestion, en avril 2020.

Le gestionnaire du fonds doit protéger le patrimoine des actionnaires d’un fonds commun de placement. Personne ne conteste le fait que les fonds sont soumis à certains risques pour générer des rendements, mais ils ne doivent
pas être soumis à une prise de risque inconsidérée. La décision du gestionnaire de fonds en ce qui concerne l’achat ou la vente d’actifs sera fondée sur des recherches approfondies et une diligence raisonnable.
Afin de protéger le patrimoine des investisseurs, le gestionnaire aura recours, le cas échéant, à des enquêtes sur la société en question, à des techniques de gestion des risques pour évaluer
les investissements, etc. Pour faire face au risque, les gestionnaires de fonds doivent veiller à une diversification adéquate des portefeuilles d’actifs.

Le gestionnaire du fonds s’informera pour savoir en quoi investir, et ces décisions sont régies par les règlements, les attentes et les objectifs du fonds lui-même. Les gestionnaires de fonds sont jugés sur la base
des performances de leurs fonds et de leur croissance, qui est supérieure à leur indice de référence et à leur catégorie.

Pour les fonds communs de placement plus importants, le gestionnaire principal est souvent assisté par une équipe d’analystes, de négociateurs et d’autres personnes qui surveillent les marchés, effectuent des transactions et
remplissent d’autres fonctions au sein du fonds. Le gestionnaire de fonds dépendra de son équipe au sein de la société de fonds pour s’occuper de la publication du rapport annuel, de l’acquisition de capital, de la négociation
avec les courtiers, etc. Le personnel administratif est essentiel pour assurer le fonctionnement efficace et rentable du fonds. Toutefois, c’est au gestionnaire principal du fonds commun de placement qu’il incombe de guider l’orientation générale
du portefeuille. En fin de compte, c’est lui qui décide de ce qu’il va posséder et quand.

Parfois, les fonds communs de placement sont gérés par un processus de comité. Dans ce cas, les principaux gestionnaires de fonds se renvoient mutuellement des idées et les actions sont sélectionnées par vote.
Une autre approche courante est celle des fonds à gestionnaires multiples. Dans ce cas, chaque équipe de gestion reçoit un pourcentage des actifs du fonds pour la guider et n’est responsable que de cette part du fonds. Un seul
gestionnaire principal décidera qui sera responsable et quelle part des actifs du fonds sera gérée.

Pour les fonds indiciels, les gestionnaires ont un objectif légèrement différent. Dans un indice à reproduction intégrale, le travail d’un gestionnaire de fonds consiste à acheter toutes les actions de l’indice
en question. Par exemple, un fonds indiciel S&P 500 à réplication intégrale détiendra les 500 actions de l’indice. Le travail du gestionnaire de fonds consiste à gérer les entrées et les sorties
du fonds et à acheter/vendre des actions en conséquence pour continuer à correspondre à l’indice. Cependant, tous les fonds indiciels n’utilisent pas une stratégie de reproduction intégrale. Certains n’achèteront
que la plupart des actions de l’indice de référence, mais pas toutes. L’idée est que le fonds s’efforcera de correspondre étroitement aux caractéristiques générales d’investissement de l’indice. Dans
ce cas, le travail du gestionnaire du fonds consiste à acheter et à vendre des actions de l’indice pour qu’elles correspondent étroitement aux pondérations sectorielles et qu’elles offrent une large gamme d’entreprises
pour couvrir l’indice sous-jacent. Ce type de stratégie d’indexation est surtout courant dans les fonds internationaux et les fonds des marchés émergents.

Dans des articles précédents, nous avons abordé les différents types de risques liés à l’investissement dans des fonds communs de placement, tels que les risques de marché, les risques commerciaux, les
risques de change, etc. Il est particulièrement intéressant de savoir qu’un gestionnaire de fonds aura des réunions permanentes avec les dirigeants des sociétés dans lesquelles il investira afin de comprendre pleinement
les activités et le plan de ces entités. En évaluant leur potentiel, le gestionnaire de fonds s’informe pour savoir s’il doit investir dans une société et non dans l’autre, tout en visant à fournir de
l’alpha à ses actionnaires. Ce processus se poursuit en permanence et permet au gestionnaire de fonds de continuer à surveiller les performances de la société dans laquelle il a décidé d’investir.

Ils le font avec l’aide de toute une équipe de chercheurs et d’analystes qui surveillent de près les marchés et les entreprises. Ils éliminent les actions du portefeuille en fonction de leurs perspectives et réattribuent
les fonds aux entreprises qui, selon eux, profiteront aux actionnaires du fonds à long terme.

L’un des dilemmes auxquels sont confrontés les investisseurs individuels est le moment où le gestionnaire de fonds quitte le fonds. Bien que l’importance d’un gestionnaire de fonds ne puisse être négligée, il ne doit
pas vous envoyer dans une frénésie et une réaction immédiate pour racheter vos parts dans ce fonds. Il est assez difficile de quantifier l’impact réel sur la performance d’un fonds une fois que le gestionnaire de
fonds a quitté ses fonctions. Il y a eu plusieurs cas où le départ d’un gestionnaire de fonds a entraîné une baisse des performances d’un fonds mais, de la même manière, il y a eu de nombreux cas où
un nouveau gestionnaire de fonds a apporté une bouffée d’air frais et où les performances d’un fonds se sont également améliorées.

On vous conseille souvent de suivre de près les performances d’un fonds pendant quelques mois en cas de changement de gestionnaire. Si les performances du fonds se détériorent, vous pouvez alors envisager de racheter vos parts dans
ce fonds. Toutefois, les fluctuations sont courantes sur le marché, et un fonds bien géré peut très bien s’en sortir à long terme. Lorsque vous examinez les performances historiques d’un fonds commun de placement,
assurez-vous de confirmer que le gestionnaire ou l’équipe de gestion a bien géré le fonds pendant la période que vous examinez. Par exemple, si vous êtes attiré par le rendement sur 5 ans d’un fonds commun
de placement mais que le gestionnaire actuel n’est en poste que depuis un an, le rendement sur 5 ans n’est pas significatif pour pouvoir prendre une décision d’achat ou non de ce fonds.

L’expérience est également essentielle. Une règle empirique est de s’en tenir aux cadres qui ont au moins 10 ans d’expérience. Mais si un gestionnaire de fonds n’a pas une telle expérience, mais a appris de certains
des meilleurs gestionnaires de fonds ou a travaillé, pendant de nombreuses années, dans des maisons de fonds, qui ont beaucoup de fonds de bonne qualité, cela devrait quand même indiquer une perspective positive.

Les gestionnaires de fonds ne sont pas des individus isolés, et la réussite ou l’échec d’un fonds dépend de la qualité de ses analystes et de ses négociateurs ainsi que de son gestionnaire. La quantité
n’est pas essentielle, mais il serait réconfortant de savoir qu’il y a toute une organisation derrière le gestionnaire. La meilleure façon de connaître la qualité de l’équipe administrative d’un gestionnaire
est d’examiner les dossiers des fonds d’une même entreprise.

Nos partenaires, Morningstar, publient leur Fund Family 100, un rapport biannuel dans lequel ils comparent, à travers l’Europe, les 100 plus grandes sociétés de gestion d’investissement en fonction des actifs sous gestion. Ils classent
ces sociétés sur la base de différents critères, notamment la rétention et la durée d’occupation des gestionnaires, la qualité de leur gamme de fonds en fonction des notations d’analystes Morningstar
et des notations de durabilité Morningstar, ainsi que les spécificités de leur gamme de fonds transeuropéens, telles que la répartition entre les différentes catégories d’actifs, la gestion passive
et active, et enfin leurs politiques de frais. Morningstar décerne également des prix annuels pour l’excellence en matière d’investissement dans trois catégories : Gestionnaire de portefeuille d’exception, Talent en hausse
et Gestion exemplaire. Les lauréats de chaque prix démontrent les meilleurs attributs du secteur, notamment les compétences en matière d’investissement, le courage de s’écarter du consensus au profit des investisseurs
et l’alignement des intérêts sur les investisseurs des stratégies. Les entreprises nominées pour le prix de la gestion exemplaire sont celles qui ont toujours fait passer les intérêts de leurs clients avant
les leurs, ce qui a permis d’obtenir de meilleurs résultats pour les actionnaires.

Tous ces outils peuvent aider l’investisseur individuel à prendre une décision éclairée lorsqu’il s’agit de choisir un fonds commun de placement.

De nombreux investisseurs recherchent délibérément des gestionnaires qui ont une approche très convaincante. Parfois, ces gestionnaires prennent de gros paris sur les entreprises qui, selon eux, prospéreront à
long terme. Ces gestionnaires sont souvent connus pour avoir des portefeuilles incroyablement concentrés. Mais lorsque ces gestionnaires se trompent, les conséquences sur les rendements peuvent être importantes.

Jon Miller, responsable de la recherche sur les gestionnaires chez Morningstar, déclare : “Les gestionnaires dont les portefeuilles sont concentrés font, par nature, des appels spécifiques aux actions clés. Il est clair qu’ils
feront quelque chose de différent de l’indice, ce qui signifie que le potentiel de hausse et de baisse par rapport au marché peut être prononcé”.

Mais il arrive que les gestionnaires de fonds se trompent et que les rendements s’effondrent. Par exemple, Alexander Darwall, directeur d’un fonds d’investissement, a décrit sa décision d’investir dans le fournisseur de paiements allemand
Wirecard comme la plus grosse erreur de sa carrière, puisqu’il a vu environ 10 % de ses actifs disparaître en quelques jours. Il a reconnu son erreur en se déchargeant de sa participation dans l’entreprise il y a deux semaines.
Darwall a investi pour la première fois dans Wirecard il y a 13 ans, lorsque les actions se situaient autour de 9 euros, augmentant sa participation au fil du temps, et a commencé à réduire sa position en novembre 2017,
lorsque les actions ont atteint 121 euros. Mais les inquiétudes au sujet de Wirecard ne datent pas d’hier, avec des suggestions persistantes selon lesquelles certains des revenus et bénéfices déclarés par la société
n’étaient pas fiables. Bien que M. Darwall ait réduit sa participation dans l’entreprise d’environ 15 % des actifs à 10 %, il a continué à s’en tenir aux actions. Les données de Morningstar Direct montrent
qu’au 18 juin, la société fiduciaire était le septième propriétaire de l’entreprise, avec une participation de 0,93 %. Comme beaucoup de lecteurs le savent, Wirecard est désormais considéré comme
impossible à sauver, avec son énorme scandale comptable, l’arrestation de son ancien PDG et la déclaration d’insolvabilité il y a quelques jours à peine.

En résumé, un gestionnaire de fonds joue
un rôle essentiel dans la mise en œuvre de la stratégie du fonds et fait de son mieux pour assurer à la fois la protection et la croissance de votre capital. Cela dit, la performance du fonds ne repose pas uniquement sur les
épaules d’un gestionnaire de fonds, mais aussi sur diverses contraintes du marché. Si un gestionnaire de fonds démissionne, ne rachetez pas vos parts de fonds à la hâte par crainte de subir une perte. Soyez patient et
analysez objectivement les performances avant de prendre des décisions de rachat. Néanmoins, le gestionnaire de fonds est l’une des pièces maîtresses de la sélection des fonds. C’est lui ou elle qui, en fin de compte,
guidera l’investissement du portefeuille sous-jacent. En sélectionnant les actions ou les obligations, le gestionnaire de fonds doit s’assurer que le portefeuille génère un rendement qui, espérons-le, dépasse son indicede référence et sa catégorie.

Investissez dans des fonds sans frais d’entrée ni de sortie chez MeDirect

Découvrez la gamme de fonds sans frais inutiles de plus de 60 maisons de fonds renommées chez MeDirect. Besoin d’aide pour débuter? Vous pouvez également opter pour un plan d’investissement en fonds prêt à l’emploi.

Share on facebook
Share on linkedin
Share on facebook
Share on linkedin