Picture your Future. Save for it by earning 1.5% on a 1-year Term Deposit Account! Learn more.

Devenez un investisseur éclairé grâce à la “Bible des Fonds”

Source: L’Echo, 24/2/2018

Certains trouvent du plaisir à gérer leur argent de manière active, en investissant dans des actions et en suivant la Bourse. D’autres voient les choses avec plus de recul et préfèrent déléguer la gestion de leur patrimoine à des professionnels. Pour cette catégorie d’épargnants, les fonds d’investissement peuvent être intéressants. La Bible des Fonds apporte une réponse à toutes les questions que vous vous posez: Quels sont les différents types de fonds? Comment les choisir? Quels sont les risques? Qu’en est-il de la fiscalité?
Nous avons rencontré les auteurs, Gert Bakelants et Frank De Mol, respectivement rédacteur en chef et rédacteur en chef adjoint de L’Investisseur.

Pourquoi deux analystes spécialisés en actions écrivent-ils un livre sur les fonds?

Gert Bakelants: Nous avons compris qu’une partie seulement des citoyens montraient un réel intérêt et disposaient du temps nécessaire pour gérer eux-mêmes leur portefeuille d’actions. En tant que partisans d’un capitalisme populaire, nous ne touchons, via L’Investisseur et la Bible de la Bourse, qu’une tranche assez limitée de la population. Mais nous ne pouvons ignorer les autres, c’est-à-dire la grande majorité. Tout le monde doit pouvoir profiter des fruits de l’activité des entreprises, ce qui est possible de manière diversifiée grâce aux fonds.Gert Bakelants-Frank De Mol
Gert Bakelants et Frank De Mol

A ceux qui n’investissent pas directement dans les actions, conseillez-vous d’opter pour des fonds?

G. Bakelants: Certainement et ce, pour deux raisons: pour se prémunir contre les taux réels négatifs, mais aussi par nécessité. La pension légale ne suffira pas pour maintenir notre niveau de vie. Surtout lorsqu’on voit l’explosion du coût des soins de santé, ce qui par ricochet fera inévitablement augmenter la part à charge du patient. Et, n’oublions pas que nous vivons de plus en plus vieux. C’est positif si nous restons en bonne santé, mais c’est un facteur (de coût) dont il faut aussi tenir compte. Il est donc important d’être prévoyant.

Les banquiers et les courtiers ne font donc pas bien leur travail?

G. Bakelants:Ils font du bon boulot, en ce sens que nous tirons sur la même corde. S’ils arrivent à attirer les épargnants vers la Bourse, c’est une bonne chose. Nous voulons aider les candidats investisseurs à faire le bon choix. Car en matière de fonds également, la plupart des gens sont plus ou moins “analphabètes”.

On trouve énormément de fonds et d’émetteurs différents sur le marché, ce qui ne facilite pas le choix…

Frank De Mol: La gamme des fonds disponibles est très vaste. Il n’est pas facile de s’y retrouver. Avant d’investir, il faut savoir dans quels actifs un fonds investit, quel est son profil de risque, et s’il s’agit d’un fonds de distribution ou de capitalisation. Et il ne faut pas oublier les frais, car de ce côté-là également, vous pourriez avoir des surprises. Il est évident qu’un fonds qui facture 2% de frais par an doit afficher de meilleures performances qu’un fonds qui ne facture que 1%.

G. Bakelants: Il est essentiel d’avoir un minimum de connaissances. Avec la Bible des Fonds, nous voulons armer les épargnants pour qu’ils ne foncent pas tête baissée sur un fonds sans savoir de quoi il retourne. Et afin qu’ils fassent les meilleurs choix et posent les bonnes questions (critiques). Tout d’abord, à eux-mêmes, mais aussi à leur banquier, courtier ou conseiller.

Imaginez que je souhaite investir dans des fonds, comment votre livre m’aidera-t-il?

G. Bakelants: Nous avons sélectionné dix questions essentielles qui exigent une réponse claire avant l’achat d’un fonds. Sur cette base, il faut ensuite essayer de comprendre ses motivations. Car investir est différent pour chacun d’entre nous: tout le monde vit une situation unique et a ses propres objectifs. Le livre identifie une douzaine de souhaits et besoins, avec leurs côtés positifs et négatifs, et explore plusieurs options pour chaque situation. Pour en citer quelques-unes: épargner pour sa pension, investir de manière durable, investir via une assurance vie, surfer sur les tendances, faire mieux que le marché, etc. La Bible des Fonds permet ainsi à chacun de composer un portefeuille ‘à la carte’, avec des fonds en tant que base ou comme complément.

Aujourd’hui, les actions sont chères, en particulier aux Etats-Unis, mais aussi en Europe. Ces derniers temps, les Bourses se sont retrouvées sur une pente glissante et il semble qu’une correction soit en cours. Est-ce le bon moment d’entrer dans des fonds?

F. De Mol: Il est fortement recommandé d’investir en Bourse de manière progressive, sans se laisser guider par ses émotions. Cela vaut aussi pour les investissements en fonds. De cette manière, les crises se transforment automatiquement en opportunités, et les investisseurs peuvent dormir sur leurs deux oreilles, quoi qu’il arrive. Dans notre livre, nous abordons également les avantages d’un plan d’épargne en fonds. C’est d’ailleurs une meilleure idée d’ouvrir ce type de compte lors d’une naissance, au lieu d’un compte bébé.

G. Bakelants: Le secret de la rentabilité, c’est de mettre ses émotions de côté. Vous pouvez déjà acheter toute la Bourse en investissant 50 euros par mois dans des fonds. Cela vous évitera des insomnies.

Un des côtés intéressants des fonds, c’est que vous pouvez même investir de très petits montants. Voyez-vous d’autres avantages?

F. De Mol: Certainement. Je citerai une plus grande diversification, des frais proportionnels, une gestion professionnelle, l’accès à des marchés difficilement accessibles… Et lorsque vous voulez revendre, pas besoin de contrepartie, le fonds revend simplement vos parts.

Depuis le début de l’année, les réglementations européennes en matière de protection des consommateurs sont plus strictes. Est-ce une bonne chose?

F. De Mol: Oui et non. La très controversée directive MiFID II est entrée en vigueur le 1er janvier et oblige les distributeurs de fonds à être plus transparents en matière de frais facturés. Tout le monde sera d’accord pour dire que c’est une bonne chose. Malgré tout, certaines mesures sont moins réussies. Pour tout investissement dans une assurance vie Branche 23, les investisseurs reçoivent aujourd’hui un KID – Key Investor Document – qui comprend les informations essentielles pour les investisseurs (pour les fonds bancaires, cette mesure n’entrera en vigueur qu’à la fin 2019). Jusque-là, rien à redire, mais les rendements du passé ne peuvent plus être repris sur la fiche. Ils sont remplacés par des estimations de rendement futur, basées sur plusieurs scénarios: optimiste, neutre, pessimiste et crise. Il est vrai que les résultats du passé ne sont pas une garantie pour le futur, mais ils permettent malgré tout de se faire une idée de la manière dont le fonds s’est comporté dans le passé.

Formulez-vous d’autres critiques dans le livre?

F. De Mol: Oui, lorsque c’est nécessaire, comme par exemple sur les classes de risque des fonds. L’échelle va de 1 à 7, 1 étant le risque le plus faible, et 7 le plus élevé. Nous ne sommes pas entièrement d’accord avec le système. L’attribution du niveau de risque d’un fonds se fait sur base des fluctuations des résultats sur une période de cinq ans. Selon ce raisonnement, plus les fluctuations sont importantes, plus le risque de perte de capital est élevé, et donc le niveau de risque. La volatilité d’un fonds dans le passé n’est pas représentative de ce qui se passera dans l’avenir. Un produit qui est peu risqué aujourd’hui peut l’être demain. Pensez aux obligations qui sont aujourd’hui très risquées à cause des taux historiquement bas.

Pouvez-vous nous dire un mot de la fiscalité appliquée aux fonds?

F. De Mol: La fiscalité appliquée aux fonds en Belgique est très complexe et incohérente. Par exemple, pourquoi y a-t-il une différence de traitement entre les fonds bancaires et les fonds liés à une assurance? Pourquoi la taxe boursière diffère-t-elle entre les fonds bancaires et les trackers? Nous remarquons qu’à chaque négociation budgétaire, la fiscalité se complexifie, comme ce fut le cas lors de l’Accord estival de 2017, avec l’introduction de la taxe sur les comptes-titres. Dans le livre, nous abordons longuement ce sujet, pour présenter la fiscalité de manière compréhensible. Lorsque c’est possible, nous donnons des exemples de solutions qui permettent de réduire la facture fiscale.

MeDirect est le fier partenaire de la Bible des Fonds 2018 de L’Echo

Depuis plusieurs années, MeDirect est connu comme la banque belge spécialisée en fonds d’investissement. Nous n’avons pas hésité longtemps pour devenir partenaire de cette Bible des Fonds. Êtes-vous client chez MeDirect ? Vous pouvez réserver votre copie gratuite via ce lien. Les fonds offrent de nombreux avantages aux investisseurs, qu’ils soient débutants ou expérimentés: diversification des risques, possibilité d’investir sur des marchés moins accessibles, mais aussi, bien entendu, une gestion professionnelle. Chez MeDirect, nous estimons qu’il est primordial de bien informer nos clients afin que ceux-ci puissent opérer les meilleurs choix d’investissements. Avec cette Bible des Fonds, vous partez avec une longueur d’avance.

Cet article a été produite avec l’autorisation de l’éditeur, tous droits réservés.

Share on facebook
Share on linkedin
Share on facebook
Share on linkedin