MeDirect, fier partenaire du “Rallye Boursier” de L’Echo

Source: Jurgen Slachmuylders, Marketing Campaign Manager chez/bij MeDirect

Comme lors des éditions précédentes, MeDirect soutient le “Rallye Boursier” pour la cinquième fois consécutive avec autant de conviction et d’enthousiasme. C’est le succès du concours d’investissement virtuel organisé par le journal économico-financier L’Echo.

Les investissements sont de plus en plus populaires et l’intérêt qu’ils suscitent ne cesse de croître. Certaines connaissances de base sont utiles lorsque vous décidez de commencer à investir. Plus vous avez de
connaissances en matière d’investissement, plus vous avez de chances d’obtenir un bon rendement. Un concours pour investisseurs tel que le Rallye Boursier est un excellent moyen pour un investisseur novice de découvrir le monde
de l’investissement de manière ludique et éducative. Cependant, les investisseurs plus expérimentés peuvent également participer en mesurant leurs qualités d’investissement par rapport aux autres et
en inventant de nouvelles stratégies.

Le Rallye Boursier est une initiative que MeDirect, en tant que banque de fonds, est heureuse de soutenir pour la cinquième fois.

L’investissement diversifié est la clé

En période de faibles taux d’intérêt, l’épargne seule ne suffit pas à générer un rendement sur votre épargne. Une règle de base en matière d’investissement est : assurer une
diversification suffisante. Avec l’intégration d’une cinquantaine de fonds de la gamme MeDirect, sans frais d’entrée ni de sortie, les participants ont à leur disposition une sélection diversifiée de fonds.
En tant que participant, vous commencez avec un capital de départ fictif de 50 000 euros. Cela vous permet de constituer un portefeuille composé à la fois d’actions et de fonds.

Lors de son inscription, chaque participant reçoit également un cadeau de MeDirect : 2 000 euros de monnaie virtuelle en plus du montant de départ à investir dans un fonds de son choix. Vous pouvez également
acquérir du capital fictif supplémentaire par d’autres moyens. Par exemple, un quiz quotidien est organisé et par bonne réponse, vous pouvez gagner 100 euros supplémentaires de capital fictif. Au moins
une fois par semaine, il y aura une question spécifique sur les fonds.

‘C’est avec grand plaisir que nous sponsorisons à nouveau le Rallye boursier. Pour les débutants d’entre nous, c’est un bon moyen de se familiariser avec le monde de l’investissement sans les risques supplémentaires. De cette façon, ils rassemblent le bagage d’investisseur nécessaire pour commencer à investir avec plus de confiance par la suite. Pour les investisseurs plus expérimentés, c’est une excellente occasion d’essayer de nouvelles stratégies.’

Tim
Rooney, CEO MeDirect

Gagnez un véritable prix en argent

Bien que vous investissiez avec de l’argent fictif, il y a de vrais prix en argent à gagner. Le gagnant du classement général recevra un compte d’investissement chez MeDirect d’une valeur de 10 000 euros. Les premières
places du classement des fonds et des étudiants seront récompensées par un compte d’investissement d’une valeur de 5 000 et 2 500 euros respectivement. Il y a également plusieurs prix de consolation.

Le Rallye Boursier se déroule sur dix semaines. Pendant cette période, vous pouvez vous familiariser de manière approfondie avec les tenants et les aboutissants du marché boursier. C’est l’occasion idéale de
faire ses premiers pas dans le monde de l’investissement sans courir de risques. Gardez toutefois à l’esprit qu’en réalité, l’investissement doit se faire sur une période beaucoup plus longue. Car vous ne le faites
qu’avec de l’argent que vous pouvez vous permettre de perdre pendant plusieurs années.

Qu’est-ce que vous attendez ? Cliquez sur le lien ci-dessous pour plus d’info et tentez votre chance.

Je participe !

Investir dans des fonds ou un plan d’investissement étalé sans frais d’entrée et de sortie. C’est un bon plan pour votre avenir ! Pour plus d’informations, consultez notre site www.medirect.be.

MeDirect x Test Achat invest : une collaboration unique

Source: En collaboration avec Test Aankoop invest

Vous souhaitez vous lancer dans le monde de la bourse mais vous n’avez pas vraiment le bagage nécessaire à l’investisseur ? Une connaissance (de base) de l’investissement est en effet conseillée lorsque vous vous rendez à la bourse. Cela augmente vos chances d’en avoir plus pour votre argent.

MeDirect x Test Purchase invest

C’est pourquoi nous avons conclu une coopération unique avec le partenaire financier indépendant Test Aankoop invest. Afin de vous souhaiter la bienvenue en tant que nouveau client de MeDirect, nous vous offrons des conseils boursiers intéressants sous la forme d’un abonnement gratuit de 3 mois à Test Aankoop invest.

Test Aankoop invest, le service d’investissement spécialisé de Test Aankoop, vous guide dans vos choix d’investissement en toute indépendance. Sur le site Internet de Test Aankoop et via un magazine hebdomadaire et mensuel, vous serez tenu au courant de l’actualité financière grâce à leurs analyses, leurs articles et publications spécialisés et leurs recommandations sur les actions, les fonds de placement, les obligations et les produits d’épargne.

En outre, vous pouvez créer votre propre portefeuille modèle virtuel chez Test Achat invest et suivre vos investissements grâce, par exemple, à leur application numérique. Une équipe d’experts peut également vous guider par téléphone, ce qui est unique en Belgique.

Investir avec MeDirect

MeDirect est connu comme la banque de fonds ou le supermarché de fonds. Avec nous, vous pouvez investir dans des fonds d’investissement de plus de 60 maisons de fonds renommées telles que BlackRock, M&G, JP Morgan, Templeton, NN, … Et saviez-vous qu’avec MeDirect, vous pouvez investir sans frais d’entrée et de sortie sur 97% de notre sélection de fonds ?*

Vous préférez investir à votre mesure et avoir une sélection de fonds qui vous attend déjà ? Vous devez alors opter pour un plan d’investissement. En un clic, vous investissez dans un panier de fonds diversifiés afin de vous constituer progressivement un capital à votre rythme.

Devenez un client de MeDirect maintenant et recevez 3 mois d’achats tests gratuits !

Vous pouvez désormais devenir client encore plus rapidement et plus facilement grâce à itsme® ! 

*À l’exclusion des fonds Carmignac qui suite à des conventions particulières sont soumis à un frais d’entrée de 1% sur le montant de la souscription. Nous vous informons que le précompte mobilier ou la taxe boursière (TOB) peut être d’application dépendant de l’instrument.

Aperçu mensuel : La demande augmente, l’offre ne suit pas

Source: Ecrit par Gilles Coens, expert en investissements chez MeDirect

Dans un mois et demi, c’est la Saint-Nicolas et dans deux mois, c’est déjà Noël. Vous pensez qu’il vous reste assez de temps pour acheter des cadeaux à tous vos proches ? Malheureusement, cette année sera différente. Vous feriez mieux de prendre les devants et commander vos colis bien à l’avance. Des délais de livraison plus longs que d’habitude risquent de vous mettre des bâtons dans les roues. Découvrez ici pourquoi !

L’économie croît-elle trop vite ? Puis ralentit tout aussi rapidement

Commençons par le début. En mars 2020, la pandémie mondiale a paralysé l’économie mondiale. Maintenant que le redémarrage de l’économie est une réalité depuis déjà un certain
temps, la reprise s’accélère de plus en plus et passe même à la vitesse supérieure. Souvenez-vous nous en avons parlé dans notre dossier mensuel de juin.

Et c’est malheureusement là que le bât blesse. Plusieurs secteurs économiques ne fonctionnent plus correctement car ils n’ont pas la capacité de faire face à la vitesse à laquelle l’économie reprend.
La chaîne économique s’effondre comme des dominos.  

Les consommateurs se réveillent enfin après un long sommeil durant le confinement

Avec la levée progressive des restrictions dans la plupart des régions du monde, les consommateurs estiment qu’il est temps de rattraper le temps perdu. Les gens ont commencé à consommer en masse parce qu’ils ont été
privés de consommer pendant de long mois et la demande a donc explosé. Résultat ? La production ne peut plus suivre.

En conséquence, des pénuries massives de toute sorte de matières premières tel que le bois, l’aluminium, le cuivre sont apparues et risquent de perdurer. Personne n’est capable, à l’heure actuelle, de prédire
quand ces pénuries disparaîtront.

La demande des consommateurs pour toutes sortes de produits augmente. En conséquence, toute la chaîne d’approvisionnement mondiale, qui était à l’arrêt pendant tout ce temps, ne peut plus suivre et des pénuries
apparaissent dans le monde entier, ce qui entraîne un ralentissement de la production. De plus, ces pénuries font augmenter les coûts de production, qui sont bien souvent répercutés sur les prix demandés aux
consommateurs.

Rupture de la chaîne d’approvisionnement : moins, pour plus cher et plus lentement

Pénurie d’énergie

L’énergie souffre aussi de cette augmentation de la demande, créant des pénuries d’énergie et contribuant également à l’augmentation des prix des produits. Principalement en Chine, comme expliqué
ci-après.

Pénurie de puces

Les puces sont également une autre victime de la pénurie de matières premières. Cette pénurie affecte tout particulièrement les géants de la technologie tels qu’Apple dans la production de son dernier iPhone
13, lancé en septembre dernier. Etant l’un des plus gros consommateurs de puces au monde, il a été contraint de réduire sa production de dix millions de nouveaux iPhones. 

L’industrie technologique n’est pas la seule à souffrir de la pénurie de puces, l’industrie automobile en ressent également les effets. Volvo Cars, par exemple, a récemment annoncé qu’elle pourrait produire et vendre
moins de voitures au troisième trimestre de cette année en raison de la pénurie de puces.

Pénurie de camionneurs

Comme si cela ne suffisait pas, de nombreux pays européens sont confrontés à un autre type de pénurie : celle des conducteurs de camions. Un de dernière étape de la chaîne d’approvisionnement mais pas des
moindre. Les rayons vides observés dans les supermarchés ces dernières semaines/mois, notamment au Royaume-Uni, ou les retards de livraison de colis sont en partie dus à la circulation des camions. Les produits restent
dans les dépôts, la faible production met donc beaucoup plus de temps à atteindre le consommateur final. Les principaux facteurs à mettre en cause pour cette pénurie : les conditions de travail et les salaires
plutôt faibles. 

Si l’on ajoute à toutes ces pénuries le célèbre porte-conteneurs Evergreen qui s’est échoué dans le canal de Suez, on comprend vite à quel point toute la chaîne d’approvisionnement est fragile et
à quel point tout est étroitement lié. Retirez un élément de la chaîne et tout s’écroule comme des dominos.  

L’économie chinoise s’effondre également

La croissance de la Chine, deuxième économie mondiale après les Etats-Unis, s’essouffle de trimestre en trimestre. Ainsi, tout ce qui se passe en Chine a des conséquences sur l’ensemble de l’économie mondiale. Là
aussi, la pénurie d’énergie sévit et les prix du charbon s’envolent.

Les dernières décisions du président Xi Jinping, qui s’est engagé en septembre dernier à cesser de construire des centrales à charbon à l’étranger, affectent également l’approvisionnement
en énergie. Bonne nouvelle pour la planète, un peu moins bonne pour l’approvisionnement énergétique mondial et donc la chaîne d’approvisionnement, qui en est fortement dépendante.

Qu’est-ce que cela signifie pour vos investissements ?

Comme expliqué précédemment, une forte demande couplée à une offre faible entraine une augmentation des prix. C’est la loi de l’offre et le demande, base de l’économie.

Les producteurs subissent ces hausses de prix des matières premières et de l’énergie pour les transports et la production par exemple et répercutent à leur tour cette hausse sur le consommateur final en augmentant
les prix des biens.

Inflation

Cela est particulièrement visible aujourd’hui dans les chiffres de l’inflation, qui sont clairement plus élevés que ce à quoi nous étions habitués ces dernières années. Une hausse de l’inflation
signifie généralement une hausse des taux d’intérêt et une meilleure performance des secteurs tels que les matières premières ou les banques.

La question est de savoir dans quelle mesure cette inflation élevée est “permanente”. Malgré une croissance et une inflation élevée, les banques centrales des États-Unis et d’Europe ont maintenu leurs politiques
relativement souples. La raison principale est que l’inflation et la croissance sont des phénomènes temporaires. Nous sortons d’une crise, la consommation reprend et le monde entier a de nouveau besoin d’énergie et de matières
premières. Mais cette forte inflation semble durer un peu plus longtemps que prévu. Certains pensent que cette situation est permanente en raison des tensions sur le marché du travail. La croissance, elle, est toujours élevée,
mais ralentit. L’explication est souvent que l’offre limitée de main-d’œuvre va entrainer une hausse des salaires et cela créera encore plus d’inflation. Le résultat sera une croissance élevée mais qui
ralentit. On parle de stagflation.

Pas impossible mais peu probable à notre avis. Nous pensons que l’inflation élevée est effectivement un phénomène temporaire dû à des circonstances exceptionnelles. Toutefois, l’inflation élevée
se poursuivra pendant un certain temps. Les pays producteurs d’énergie n’envisagent pas dans l’immédiat de réduire les prix. Mais la demande, elle, continue de croître fortement et l’insuffisance de l’offre ne sera pas résolue
en quelques semaines.

4 conseils d’épargne concrets pour mieux épargner

Source: Ecrit par Charlotte Meneve, Content Marketing Specialist chez MeDirect.

Le rapport annuel de la Banque nationale de Belgique montre que les épargnants belges ont épargné au total 23 milliards d’euros de plus en 2020 que les années précédentes. Bien sûr, la crise du covid-19 est en grande partie responsable de cette situation, puisque les dépenses ont été beaucoup moins importantes l’année dernière. L’épargne est en effet quelque chose dans lequel le Belge est généralement bon. Vous ne pouvez pas totalement les blâmer. Néanmoins, il est toujours utile de mettre un peu d’épargne de côté pour faire face à des dépenses importantes et imprévues, ou quand vous voulez acheter la maison de vos rêves ou planifier les vacances de vos rêves…

Nous vous donnons 4 conseils d’épargne simples mais efficaces. De cette manière, nous pouvons vous aider à gérer au mieux vos dépenses afin que vous ne soyez pas confronté à de mauvaises surprises.

Conseil d’épargne 1 : Mettez immédiatement une partie de votre salaire de côté

Lorsque vous recevez votre salaire, vous pouvez en mettre de côté une partie, que vous déterminez vous-même. Vous pouvez le faire, par exemple, en effectuant un transfert automatique mensuel de votre compte courant vers votre compte d’épargne.

Conseil d’épargne 2 : Planifiez vos dépenses

Tout d’abord, il peut être utile de créer un aperçu de vos revenus et dépenses exacts afin de pouvoir établir un plan. Vous pourrez alors voir immédiatement combien d’argent il vous reste ou vous manque et quelles dépenses vous pouvez réduire ou éviter. L’outil budgétaire L’outil budgétaire détaillé de Wikifin est un moyen pratique de calculer ce montant. Faites une planification budgétaire mensuelle ou annuelle en vous imposant une certaine somme d’argent que vous allez ou non dépenser.

Fixez un objectif à court terme et à long terme. Voici un exemple concret à court terme : combien souhaitez-vous dépenser pour vos vacances annuelles ? Fixez-vous un certain montant pour ne pas dépasser votre limite et gardez cet objectif en tête lorsque vous épargnez. Lorsqu’il s’agit du long terme, pensez par exemple à l’achat d’une maison ou à votre retraite. Pour cela, il est préférable de commencer à épargner le plus tôt possible, par exemple en mettant de petits montants de côté chaque mois sur un compte d’épargne séparé.

Conseil d’épargne 3 : Revenez sur votre planification budgétaire

Lorsque l’année est terminée, nous avons souvent l’habitude de faire le bilan de l’année passée et, généralement, de faire mieux dans l’année qui vient. En ce qui concerne vos finances, vous pouvez également vérifier si vous avez été disciplinés dans vos dépenses au cours de l’année passée et si vous avez respecté votre planification budgétaire. Et, surtout, si votre planification budgétaire était réaliste. Il se peut que votre situation financière ait changé. Vous avez peut-être sous-estimé votre budget, par exemple.

Conseil d’épargne 4 : Comparez car ça rapporte

Cherchez sur ce que vous pouvez économiser. Ça vaut la peine de faire une comparaison. Passez en revue vos frais mensuels, comme votre fournisseur d’énergie, mais aussi votre abonnement à la salle de sport, au journal/magazine ou à la téléphonie. Sans peut-être s’en rendre compte, ces coûts sont plus élevés que ce que l’on pourrait croire à première vue. Par conséquent, gardez l’œil ouvert sur les concurrents qui pourraient facturer moins cher les mêmes produits et services. Gardez aussi régulièrement l’œil ouvert pour voir si un autre fournisseur de services ne propose pas une offre promotionnelle dont vous pourriez bénéficier. Ou peut-être que cet abonnement à un magazine est tout simplement devenu superflu et que vous feriez mieux de l’arrêter ? 

Il est également intéressant de comparer les taux d’intérêt de différents comptes d’épargne auprès de plusieurs banques d’épargne. Chez MeDirect, par exemple, vous pouvez ouvrir un compte d’épargne où vous pouvez choisir parmi un large éventail de formules d’épargne afin d’épargner de la manière la plus adaptée à votre situation personnelle. En outre, vous pouvez obtenir jusqu’à six fois plus d’intérêt de notre part. Découvrez comment épargner avec MeDirect.

De l’épargne à investir

Qu’est-ce qui est encore mieux qu’épargner ? Investir !

Avec le montant que vous avez épargné, vous avez en effet constitué une réserve dans laquelle vous n’avez pas besoin de puiser. Ces économies supplémentaires pourraient devenir plus précieuses si vous deviez les rendre publiques. De cette manière, vous faites fructifier votre argent. L’investissement est en effet, avec la prise en compte des risques nécessaires, une alternative valable à l’épargne traditionnelle à long terme. Apprenez-en davantage sur l’investissement et découvrez comment vous pouvez le faire avec nous.

Comment effectuer des opérations bancaires en ligne sécurisées ?

Source: Ecrit par Jonathan Carter, Manager IT Security chez MeDirect Malta

Alors que les banques en ligne deviennent de plus en plus la norme, les criminels cherchent constamment de nouveaux moyens de mettre la main sur notre argent. D’après Febelfin, les cas de fraude en ligne, phishing, ou encore hameçonnage, ont augmenté durant l’année 2020, lorsque la crise du covid a surgit. L’augmentation de fraude en ligne n’est pas étonnante car beaucoup de fraudeurs ont profité de la crise sanitaire, qui nous a rendue plus fébrile, pour sévir. C’est surtout le phénomène de fraude dites de ‘hameçonnage’ qui a gagné du terrain. Il est donc nécessaire de sécuriser les services bancaires en ligne, mais il est également important que les utilisateurs soient conscients des risques.

Heureusement, vous pouvez aussi veiller à ne pas être victime de la fraude en ligne.

Comment effectuer mes opérations bancaires en ligne en toute sécurité ?  

  1. Créez des mots de passe forts

    Sécurisez vos mots de passe ! Si vos données sont volées par un fraudeur ayant trouvé votre mot de passe, celui-ci l’essaiera ensuite sur vos autres comptes. Assurez une bonne « hygiène »
    de vos mots de passe en :

    • Créant des mots de passe complexes et uniques ;
    • Combinant des lettres, symboles et chiffres lorsque vous créez un nouveau mot de passe et
    • Utilisant un autre mot de passe pour chaque service en ligne différent pour laquelle vous vous inscrivez. À chaque fois que vous créez un compte pour une service en ligne, vous créez un nouveau mot de passe.  

      N’écrivez jamais vos mots de passe sur un papier et ne le gardez pas dans votre sac à main ou votre portefeuille car vous ne pouvez pas oublier que vos données mener à tous vos comptes en lignes.

      Dans la mesure du possible, configurez l’authentification multi-facteurs (plusieurs manières de contrôler l’identité de l’utilisateur) et/ou l’authentification biométrique (l’identité
      de l’utilisateur est contrôlée par son empreinte digitale, la reconnaissance faciale ou encore le scanner d’iris). Ces mesures réduisent considérablement le risque de compromission de vos comptes
      sont compromis drastiquement.

  2. Protégez vos appareil(s) 

    L’une des plus grandes menaces pour la sécurité en ligne est un appareil compromis, qu’il s’agisse d’un ordinateur ou d’un smartphone. Nous recommandons que votre appareil réponde aux exigences suivantes pour une protection
    optimale.

    • Le système d’exploitation et les applications ont été mis à jour.
    • Les applications présentes sur votre appareil ont été téléchargées depuis le store officiel de votre appareil.
    • L’installation d’un logiciel anti-virus sur votre appareil est cruciale et effectuez des mises à jour régulières du logiciel pour garantir la sécurité des opérations bancaires en ligne.
  3. Détectez des e-mails et messages frauduleux

    Une méthode populaire utilisée par les fraudeurs consiste à inciter les victimes à donner leur nom d’utilisateur et leur mot de passe par e-mail. Ce phénomène est appelé hameçonnage. Par
    le biais du phishing, les fraudeurs envoient des e-mails en se faisant passer pour votre banque ou une autre organisation de confiance et jouent sur vos émotions en mentionnant une urgence. C’est ainsi que les fraudeurs tentent de persuader
    les victimes de fournir leurs informations personnelles et d’autres données de sécurité. En général, la victime est ensuite dirigée vers une page web très similaire à la page web d’origine.

Comment détecter l’hameçonnage ?

Quelques conseils vous permettront de démasquer plus facilement les fraudeurs et d’éviter de tomber dans le piège de l’hameçonnage.

  1. Qui est l’expéditeur du mail ?

    Méfiez-vous des liens venant des sites web étranges dans les courriers électroniques. Vérifiez si le lien du site web (URL) est authentique en le « survolant » avec votre souris pour voir si le
    lien est lié à l’entreprise avec laquelle vous traitez.

  2. Quel est le contenu ?

    Tenez également compte de ce que dit le message. Les fraudeurs vous demandent souvent de faire quelque chose de façon urgente.

  3. Quelle est l’introduction du mail ?  

    Les fraudeurs ne s’adressent pas à vous personnellement, mais utilisent plutôt un message d’accueil général. 

Comment détecter l’hameçonnage ?

Quelques conseils vous permettront de démasquer plus facilement les fraudeurs et d’éviter de tomber dans le piège de l’hameçonnage.

  1. Qui est l’expéditeur du mail ?

    Méfiez-vous des liens venant des sites web étranges dans les courriers électroniques. Vérifiez si le lien du site web (URL) est authentique en le « survolant » avec votre souris pour voir si le
    lien est lié à l’entreprise avec laquelle vous traitez.

  2. Quel est le contenu ?

    Tenez également compte de ce que dit le message. Les fraudeurs vous demandent souvent de faire quelque chose de façon urgente.

  3. Quelle est l’introduction du mail ?  

    Les fraudeurs ne s’adressent pas à vous personnellement, mais utilisent plutôt un message d’accueil général.

Smishing

Outre le l’hameçonnage, une nouvelle forme de fraude est apparue dans un certain nombre de banques : le smishing. C’était certainement plus fréquent pendant la pandémie du COVID-19. Avec le smishing, la victime reçoit un sms sur son gsm censé provenir d’une organisation de confiance. Certains indicateurs montrent qu’il s’agit de fraudeurs et ces indicateurs sont souvent les mêmes que pour l’hameçonnage. Vous devez prêter attention à la formule de salutation générale, à l’urgence du message et au fait que vos informations personnelles sont demandées.

“Outre le phishing, une nouvelle forme de fraude est apparue : smishing.”


Exemple de smishing

Rapportez les e-mails et messages frauduleux

Si vous pensez que vous pourriez être victime de phishing ou de smishing, réagissez rapidement en informant votre banque et la police d’un soupçon de fraude. Il est également recommandé de prendre vous-même les
mesures nécessaires en changeant immédiatement vos mots de passe afin d’éviter tout nouvel abus.

“N’oubliez jamais que lorsqu’une demande semble suspecte, elle l’est généralement !”

N’oubliez jamais que lorsqu’une demande semble suspecte, elle l’est généralement ! Méfiez-vous des demandes inhabituelles et faites confiance à votre intuition…

MeDirect ne vous contactera jamais par e-mail ou par SMS pour envoyer ou mettre à jour vos informations. Nous ne prétendons jamais non plus que vos comptes seront supprimés ou bloqués si vous ne répondez
pas immédiatement à ce message et n’agissez pas. MeDirect a investi et continuera à investir massivement pour protéger ses clients et leur offrir une expérience bancaire sécurisée.

Vous voulez en savoir plus sur les services bancaires sécurisés avec MeDirect ? Visitez notre page web sur la sensibilisation à la sécurité pour plus d’informations.

Aperçu mensuel : la balle est dans le camp des banques centrales

Source: Ecrit par Gilles Coens, expert en investissements chez MeDirect

Le mois de septembre a été riche en événements. La fin de la pandémie se rapproche à grands pas ou disons que l’assouplissement mondial entraîne une reprise quasi complète de la vie sociale et économique. Ce que démontrent les différents événements organisés ces dernières semaines dans notre pays qui rassemblent de plus en plus de monde.

Le mois de septembre a été un peu moins festif pour les plus grandes Bourses mondiales. Dans notre aperçu mensuel de juin, nous avions déjà indiqué que la reprise après le covid pourrait être une source d’opportunités diverses, mais que la volatilité serait inévitable. Le S&P 500 a chuté de 3,61% au cours du mois de septembre et l’Euro Stoxx 50 de 2,04%.

Que s’est-il passé sur les marchés boursiers ?

Le fonds immobilier chinois Evergrande

Si nous examinons en détails certains événements boursiers spécifiques, le géant chinois de l’immobilier Evergrande a beaucoup fait parler de lui le mois dernier. Too big to fail (Trop gros pour échouer), le Lehman Brothers de la Chine, … Des déclarations qui sont familières d’une crise financière. Evergrande a fait sensation le mois dernier, le deuxième plus grand promoteur immobilier chinois s’est retrouvé en difficulté suite à de nouvelles réglementations, mais aussi à cause de son endettement élevé, qui se monte à pas moins de 300 milliards de dollars. En conséquence, le géant de l’immobilier a du mal à faire face à ses obligations. La faillite du groupe immobilier Evergrande serait un événement boursier non négligeable, le montant de 300 milliards de dollars étant très conséquent. Cette faillite pourrait également affecter d’autres secteurs chinois. Mais de là à comparer Evergrande à Lehman Brothers et que cela entraînerait un risque systématique à l’échelle mondiale, est peut-être un peu exagéré. En effet, les banques chinoises sont hautement capitalisées, si bien que, la “contagion” mondiale n’est en rien comparable à celle de Lehman Brothers. Bien qu’un sauvetage par Pékin ne soit pas imminent, il offre des solutions aux investisseurs privés.

Les banques centrales et l’inflation

L’inflation et les banques centrales étaient aussi au centre de l’attention le mois dernier. Nous avons assisté à une forte croissance économique et à une hausse de l’inflation. Après une forte baisse, la demande d’énergie pour relancer l’économie augmentait à nouveau. Cela se remarque notamment dans l’aviation, la navigation ainsi que d’autres types de transport où l’activité a repris son cours. Cette reprise a entraîné une hausse des prix de l’énergie et, par conséquent, des prix des transports.

Le fait que l’énergie exerce une pression importante sur l’inflation se reflète également dans les chiffres. Les données d’Eurostat ci-dessous sur l’inflation dans la zone euro montrent effectivement que depuis mi-2021, on assiste à une hausse de l’inflation. Mais cela est principalement dû à la forte augmentation des prix de l’énergie.

Stocks-market

Un nouveau terme du jargon financier est “Energy Crunch” : à l’approche de l’hiver, les stocks d’énergie sont faibles, pour la plupart du monde. En particulier pour le gaz, il est très clair aujourd’hui que l’offre ne peut pas répondre à la demande. De plus, l’augmentation des exportations de gaz de la Russie vers l’Europe semble être conditionné à un certain nombre d’approbations concernant le gazoduc controversé Nord Stream 2 entre la Russie et l’Allemagne. Cela conduit donc à une forte augmentation du prix du gaz ces dernières semaines. Toute perspective d’un hiver froid pourrait encore accroître cette pression sur les prix.

L’inflation est élevée, en particulier aux États-Unis où l’on s’attend également à de fortes augmentations de salaires en raison de la pénurie de main-d’œuvre. Mais dans quelle mesure cette inflation élevée restera-t-elle temporaire ? Aux États-Unis, le taux de chômage est maintenant tombé à 5,3, ce qui reste légèrement supérieur au niveau d’avant le début de la pandémie. Ce faible taux de chômage et l’étroitesse du marché du travail ont entraîné une hausse de 4,3 % du salaire horaire moyen au cours de l’année écoulée, ce qui a renforcé la pression inflationniste à la hausse.

Assez d’interrogations pour que tous les regards soient tournés vers la Fed (banque centrale américaine), qui s’est réunie ce 22 septembre. Un mot clé a dominé les discussions : “Tapering”. Nous avions déjà abordé ce phénomène dans notre précédent aperçu mensuel. Quand la banque centrale réduira-t-elle son programme d’achat et à quel rythme ? Qui parle de “tapering” parle également “Taper Tantrum”. La signification de Taper Tantrum est la peur qu’éprouvent les investisseurs en raison du retrait de ces liquidités. Cependant, il semble que la Fed ait accepté de ne pas encore prendre de décision. Ainsi, le FOMC (Federal Open Market Committee) de la Fed, qui décide de la politique monétaire, a décidé qu’il communiquerait sur le tapering en novembre. Cela reste donc incertain pour l’instant. Certaines voix prédisent que le tapering débutera dès en novembre, tandis que d’autres analystes estiment qu’il ne se commencera pas avant 2022.

Les investisseurs anticipent

Après la réunion de la Fed, le taux à 10 ans est passé de 1,33 % à 1,48 %. Certains analystes estiment que ce taux devrait passer à 1,75 % d’ici la fin de l’année. Qui sera impacté ? Les entreprises technologiques, les actions de valeur et les actions de croissance sont les principales touchées.  En bref, une année avec de nombreux changements. Lors d’une première phase de reprise (avril 2021), les valeurs de rendement et surtout les matières premières et l’énergie en ont profité, tandis que cet été, les valeurs de croissance ont de nouveau pris le dessus.

En revanche, la hausse des taux d’intérêt n’est pas une bonne nouvelle pour les sociétés de croissance, car elles sont plus dépendantes de l’endettement et ressentent donc plus fortement la hausse des taux d’intérêt. Les secteurs défensifs, eux, sont moins touchés. Pour les valeurs financières, cela ouvre même la voie à des marges plus élevées.

Pourtant, il semble judicieux de conserver des actions de valeur et de croissance dans le portefeuille. Bon pour la diversification d’une part, mais aussi pour les opportunités d’autre part.

Qu’est-ce que tout cela signifie pour vos investissements ?

Obligations

La hausse des taux d’intérêt aura évidemment aussi un impact sur votre portefeuille obligataire, car elle entraîne une baisse de la valeur des obligations. En principe, plus la durée et la qualité de l’obligation sont longues, plus sa duration ou sa sensibilité aux taux d’intérêt est élevée.

Les obligations et les ETF existent sur différents indices obligataires avec des durées différentes, mais il faut une certaine expérience et connaissances pour les repérer. Les fonds obligataires flexibles offrent alors l’avantage que selon la politique d’investissement du fonds, le gestionnaire a la possibilité de gérer sa sensibilité aux taux d’intérêt, ce qui est aussi souvent appliqué aux fonds multi-assets ou aux fonds mixtes. La gestion d’un portefeuille obligataire en 2021 est donc un défi.

Actions

La période idéale pour des bénéfices sur les actions ?

Depuis le printemps, la performance des actions est en effet bonne, un bon moment pour revoir votre stratégie d’investissement. Ainsi, les marchés d’actions offrent toujours du potentiel et la croissance est présente. C’est la raison pour laquelle la banque centrale américaine veut réduire son programme d’achat. De même, si nous examinons certains indicateurs macroéconomiques tels que la confiance des directeurs d’achat aux États-Unis, nous voyons encore du potentiel dans les actions. Constituer un portefeuille d’actions défensives à côté d’un portefeuille d’actions de croissance semble approprié aujourd’hui pour anticiper une éventuelle hausse des taux d’intérêt. Les actions européennes offrent également une opportunité intéressante aujourd’hui, étant donné leurs valorisations relativement plus faibles qu’aux États-Unis.

En outre, il est toujours bon de rééquilibrer son portefeuille après une période de bons résultats boursiers. Cela peut également se faire en choisissant des fonds mixtes ou multi-actifs pour rééquilibrer son portefeuille.

Liquidités

Les liquidités ne semblent pas très appropriées aujourd’hui car les taux d’intérêt nominaux sont négatifs. Surtout maintenant que l’inflation a fortement augmenté, mais sans affecter les taux d’intérêt à court terme. En outre, on passe également à côté des opportunités du marché. Rester sur la touche ne semble pas non plus approprié aujourd’hui, les corrections à court terme offrent de bons points d’entrée

Investir : La volonté mais pas encore la connaissance

Source: Ecrit par Michiel Schurmans, responsable du marketing et product chez MeDirect.

“An investment in knowledge pays the best interest.” Benjamin Franklin, l’un des pères fondateurs de la Constitution et Déclaration d’indépendance des États-Unis, l’a bien résumé : investir dans
la connaissance est le plus rentable. Sa déclaration s’applique certainement à ceux qui investissent. Une connaissance (de base) en matière d’investissements est vivement conseillée lorsque vous décidez d’investir
en bourse. Il est important de comprendre ce qu’il advient de votre argent une fois que vous l’avez investi. Vous augmentez ainsi vos chances d’en avoir plus pour votre argent. Mais c’est là que le bât blesse. Les Belges ont envie d’investir
mais sont plus réticents à passer le pas car la bourse est encore souvent un terrain inconnu.

Les investissements ont le vent en poupe et l’intérêt qu’ils suscitent ne fait qu’augmenter. Febelfin, l’organisation représentant le secteur financier, a publié en mars dernier les résultats d’une enquête nationale
sur les connaissances financières des Belges. Au total, 2045 Belges francophones et néerlandophones âgés de 16 à 79 ans y ont participé. Qu’avons-nous appris sur les Belges et leurs connaissances en investissement
?

Une certaine connaissance de base est utile lorsque vous décidez d’investir. Et plus vous avez de connaissance, plus vous augmentez vos chances d’obtenir un bon rendement. En fonction de la complexité du produit dans lequel vous décidez
d’investir, une connaissance plus ou moins élaborée peut s’avérer utile. Un fonds commun de placement peut être un bon produit d’investissement pour les débutants en matière d’investissement, à
choisir en fonction de vos objectifs personnels.

Investir : La volonté mais pas encore la connaissance

Un peu plus de la moitié (55%) des Belges aimeraient que leur épargne rapporte davantage. Un peu moins de la moitié (40%) investissent leur argent dans des produits financiers autres qu’un compte d’épargne. La raison principale
pour ne pas commencer à investir est l’idée de détenir un capital insuffisant. Pour environ une personne sur trois (29 %), la deuxième raison pour ne pas investir est le manque connaissances financière. Quand
on regarde chez les jeunes, la réponse diffère légèrement : pour eux, le manque de connaissances financières est la raison principale qui les bloquent à investir. En outre, comme troisième raison,
le risque de perte de capital est également un frein à l’investissement.

Dans quoi investir ?

Quand les participants investissent, c’est principalement dans des fonds d’investissement (51%), suivis par la pension complémentaire (49%), les produits d’assurance arrivent en troisième
position (43%) et les actions de sociétés cotées en bourse sont le dernier produit d’investissement (35%). Pour 41% des personnes interrogées, la principale raison d’investir est le rendement que cela peut apporter, et
pour 26% c’est la durabilité qui est l’aspect le plus important de l’investissement. On constate que la durabilité motive les jeunes à investir encore
plus.

Où trouver des conseils d’investissement ?

Si les Belges veulent des conseils en matière d’investissement, un peu plus de la moitié (55 %) s’adresseront à leur banquier ou à leur assureur. En second lieu, une visite sur le site web de la banque ou de l’assureur, après
quoi on passe aux médias financiers spécialisés pour obtenir des informations complémentaires. La situation est légèrement différente pour la jeune génération d’investisseurs : ils recherchent
des informations et des conseils via internet, la famille et les amis.

Supporter l’économie en investissant

Certes, les Belges sont ouverts aux investissements, mais ils n’osent pas toujours franchir le pas car ils ne savent pas dans quoi ils s’engagent. Le compte d’épargne reste donc
une valeur refuge pour beaucoup. Néanmoins, en tenant compte des risques nécessaires, ce n’est peut-être pas une mauvaise idée de se tourner vers la bourse maintenant que la reprise économique se poursuit. En outre,
lorsque vous investissez votre argent, vous investissez également dans l’économie et faites en sorte qu’elle se remette plus rapidement de la crise du covid.

“Tout le monde, quel que soit son profil d’investisseur, peut investir.”

Le message principal à retenir est : réfléchis avant de commencer. Être bien informé est la clé et Club Invest vous dirige dans la bonne direction afin de réduire le pas vers le monde d’investissement. 

La question n’est pas de savoir si vous allez investir, mais bien quand.

Vous souhaitez en savoir plus sur le monde de l’investissement ? N’hésitez pas à consulter notre site web pour plus d’informations.

Investir dans des Fonds

Investir à l’aide d’un Plan d’investissement

Investir dans des Actions et Obligations

Les stars de la gestion de fonds en voie de disparition

Source: L’Echo 21/09/21

De moins en moins de fonds sont gérés par une seule personne. Le nombre d’équipes mixtes en charge de la gestion de fonds a doublé en six ans.

Dans son “Alpha Female Report” annuel, le site financier britannique Citywire a analysé qui était à la barre de plus de 25.000 fonds gérés activement, représentant 16.000 milliards d’euros d’actifs. L’analyse révèle que la moitié des fonds sont gérés par un seul gestionnaire, mais que cette tendance est clairement en perte de vitesse.

En 2015, ce chiffre était encore de 62,5%. Au cours de la même période, la part des fonds gérés par une équipe mixte est passée de 6,7 à 11,8%.

Selon Citywire, les maisons de fonds veulent se débarrasser du statut de star dont jouissent parfois des gestionnaires à succès. Ce statut peut avoir des conséquences positives en période de vaches grasses, mais il peut avoir un impact négatif lorsque les choses se passent moins bien. En outre, le risque existe que le gestionnaire quitte l’entreprise et mette ainsi en danger la continuité du fonds.

L’enquête de Citywire démontre également que les fonds qui sont gérés par des équipes mixtes présentent un meilleur ratio risque-rendement. Sur une période de cinq ans, un fonds géré par une équipe mixte d’hommes et de femmes obtient un rendement de 4,24% par unité de risque. Pour les fonds gérés par un seul gestionnaire, le rendement ne dépasse pas 3,47% pour les hommes et 3,55% pour les femmes.

Les équipes mixtes marquent surtout des points au niveau du risque de baisse. Au cours des cinq dernières années, les fonds gérés par des équipes mixtes sont ceux qui enregistrent la perte maximale annuelle la plus faible.

Parité

Les équipes mixtes ont beau avoir la cote, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir avant que les femmes gestionnaires de fonds soient aussi nombreuses que leurs homologues masculins.

D’après Citywire, 11,8% des gestionnaires de fonds sont aujourd’hui des femmes, contre 10,3% en 2016. À ce rythme, il faudrait attendre l’année 2148 avant d’atteindre la parité. Bien entendu, on peut se poser la question de savoir si cette parité est un objectif réaliste et sera un jour atteinte.

Il existe cependant des différences importantes entre les pays. C’est en Asie et dans les pays du sud de l’Europe que les gestionnaires de fonds féminines sont les plus présentes, avec une part de plus de 20%. L’Europe du Nord est clairement à la traîne. En Belgique, seuls 8% des gestionnaires de fonds sont des femmes.

Cet article a été reproduit avec l’autorisation de l’éditeur, tous droits réservés

6 raisons de passer de l’épargne à l’investissement

Source : en collaboration avec Topcompare

C’est bien connu, les Belges sont de grands épargnants ! Mais pour ceux qui ont déjà économisé une partie de leurs avoirs, l’investissement peut être un moyen intéressant de tirer un meilleur parti de ses économies. Voici différentes raisons pour vous aider à passer de l’épargne à l’investissement.

1. Vous bénéficiez d’un rendement potentiellement supérieur à celui d’un compte d’épargne

La raison la plus importante de passer de l’épargne à l’investissement est le rendement plus élevé que vous pourriez obtenir. Si vous placez votre argent sur un compte d’épargne aujourd’hui, vous savez que le taux d’intérêt
n’est pas assez élevé pour compenser l’inflation croissante. Bien entendu, il est toujours bon d’épargner pour se constituer une réserve financière en cas d’événements ou de coûts imprévus.
Toutefois, pour bénéficier d’un rendement plus élevé, investir peut être un bon complément à l’épargne. Il est certain qu’à long terme, vous pourrez obtenir un rendement plus élevé
avec des investissements. Il n’est donc pas surprenant que l’investissement devienne plus attrayant et que de plus en plus de personnes fassent le pas. 

Chez MeDirect, vous ne payez pas de frais d’entrée ou de sortie pour les investissements dans les fonds*, vous commencez donc avec un meilleur rendement. Dans certaines autres banques, les frais d’entrée et de sortie peuvent atteindre
jusqu’à 3 % de votre investissement.

« Grâce aux frais d’entrée et de sortie inexistants de MeDirect, vous commencez immédiatement avec de meilleurs rendements. »

2. Vous bénéficiez d’un effet de retour sur investissement

L’investissement n’est pas quelque chose que vous faites lorsque vous avez besoin d’argent à court terme. Les investissements intelligents sont réalisés sur le long terme afin que vous puissiez profiter de l’effet de retour
sur investissement. Cet effet se produit lorsque vous laissez le rendement que vous recevez sur vos investissements dans votre placement, de sorte que vous recevez un rendement sur le rendement précédent. À long terme, après
quelques années, un effet boule de neige se produit, de sorte que vos investissements continuent de croître.

3. Vous pouvez investir dans des thèmes qui vous tiennent à cœur 

Tout d’abord, il existe différents types de fonds de placement, à savoir les fonds d’actions, les fonds d’obligations, les fonds mixtes, les fonds immobiliers et les fonds cash. Au sein de ces différents types de fonds, il existe
également différentes catégories, de sorte qu’en tant qu’investisseur, vous pouvez plus ou moins choisir dans quoi investir. Il existe des fonds qui se concentrent et investissent dans des entreprises d’une région
spécifique comme l’Europe ou le Japon par exemple. D’autres fonds se concentrent sur un secteur spécifique, comme les infrastructures, la technologie ou les entreprises durables. Aujourd’hui, la durabilité est devenue un
critère important pour les investisseurs. Vous pouvez donc aussi choisir des fonds qui soutiennent des entreprises ou des institutions respectueuses des personnes, de la société et de l’environnement. En investissant, vous pouvez
donc soutenir des thèmes, secteurs ou régions que vous considérez comme importantes.

4. Diversifiez pour réduire les risques

Lorsque vous investissez de l’argent dans un fonds d’investissement, vous investissez dans différents types de placements et dans différentes catégories. Le fonds peut être composé d’actions, d’obligations et de placements
immobiliers, par exemple, et vous investissez en même temps dans différentes entreprises et différents secteurs. Le grand avantage est que vous diversifiez ainsi votre portefeuille, ce qui est l’un des conseils les plus importants
pour ceux qui veulent investir.

« La diversification est immédiatement l’un des conseils les plus importants en matière d’investissement. »

La diversification de votre portefeuille d’investissement est importante car elle vous permet de diminuer les risques. Lorsque vous investissez, il y a toujours un risque que vous perdiez (une partie) de votre argent. En diversifiant vos investissements,
vous pouvez compenser les pertes éventuelles d’un investissement par les bénéfices d’un autre.

5. Vous pouvez investir avec des montants limités

Même pour les épargnants fidèles, il est judicieux de combiner épargne et investissement. En particulier si vous faites votre premier pas en tant qu’investisseur, vous pouvez commencer avec un montant limité. Chez MeDirect,
vous pouvez déjà investir dès 100 € par mois. Cela vous permet donc de devenir investisseur à votre rythme.

6. Vous pouvez percevoir un revenu supplémentaire

Si vous investissez dans des actions ou des fonds qui versent des dividendes, vous pouvez choisir de les recevoir régulièrement. On pourrait appeler cela un revenu passif, car tout ce que vous avez à faire est d’attendre vos dividendes
et vous gagnez de l’argent sans avoir à faire quoi que ce soit. Vous devez tenir compte des pertes éventuelles qui ne peuvent être compensées par les dividendes. Dans tous les cas, le versement de vos dividendes vous assure
un revenu supplémentaire régulier. Les dividendes dépendent des résultats financiers de l’entreprise dans laquelle vous avez investi ou des décisions prises par l’organisme de réglementation.

* À l’exclusion des fonds Carmignac qui suite à des conventions particulières sont soumis à un frais d’entrée de 1% sur le montant de la souscription. Nous vous informons que le précompte mobilier ou la taxe boursière (TOB) peut être d’application dépendant de l’instrument.

Aperçu mensuel– La confiance dans la reprise économique affecte-t-elle vos investissements ?

Ecrit par Gilles Coens, expert en investissements chez MeDirect.

Quand pensez-vous que l’économie belge retrouvera son niveau d’avant la crise de Corona ? L’agence internationale d’études de marché Ipsos s’est penchée sur cette question en Belgique et dans 28 autres pays mondiaux. Le 5 août 2021, Ipsos a publié les résultats d’une enquête qui évaluait le temps que les habitants des pays participants pensaient nécessaire pour que leur économie locale se remette des conséquences de la pandémie. Examinons la relation entre cette confiance dans la reprise de l’économie et ce qui s’est passé sur les marchés, et penchons-nous ensuite sur ce que cela signifie pour vos investissements.

Sur la voie d’une reprise économique rapide ?

Dans quelle mesure les pays participants sont-ils confiants dans la rapidité de la reprise de leur économie ? L’enquête montre que les impressions sont très diverses en fonction des pays.

Tout d’abord, jetons un coup d’œil sur la Belgique : 3% des Belges pensent que l’économie s’est déjà redressée, 16% estiment que cela se produira dans l’année, 39% sont d’avis que ce ne sera le cas que d’ici
2 à 3 ans et 42% ont une vision plus pessimiste et pensent qu’il faudra plus de 3 ans.

A l’opposé, en Chine, la vision est beaucoup plus optimiste : 56% des Chinois sont convaincus que l’économie s’est déjà redressée et à peine 3% pensent que cela prendra plus de trois ans.

Un pays qui se montre beaucoup plus pessimiste que la belgique est la Russie, 66 % des personnes interrogées estimant que la reprise prendra plus de trois ans.

Les Américains sont un peu plus optimistes, 7% sont convaincus que l’économie s’est déjà redressée et 32% d’entre eux pensent que l’économie américaine se redressera dans l’année,
soit deux fois plus qu’en Belgique.

Plus près de nous, en Europe, on remarque que nous sommes à peu près dans le même état d’esprit que les Français, mais nettement moins positifs que les Néerlandais et les Allemands.

Quels sont donc les facteurs à l’origine de cette reprise économique ? Pour tous les participants, globalement, 3 facteurs se distinguent : premièrement il s’agit de l’emploi (la reprise du travail ou retrouver un nouvel emploi),
suivi par la création de nouvelles entreprises et enfin par la reprise du tourisme.

Un gros plan du marché

Cette année a généralement été positive sur les principaux marchés boursiers, et le mois d’août n’a pas fait exception. Néanmoins, nous avons vu à mi-août que certaines inquiétudes
concernant le covid se font toujours ressentir. C’est principalement le variant delta qui a provoqué un retour de la volatilité. Si on se concentre sur la mi-août, on constate que l’indice boursier américain S&P
500 a baissé de 1,7% entre le 16 et 18 août et en Europe et l’Eurstoxx 50 de 2,5% entre le 13 et 19 août. Cette baisse est principalement due à des secteurs tels que l’énergie et les services financiers, qui
avaient connu une forte hausse pendant le rétablissement du covid, qui ont souffert pendant cette période. 

“Cette année a généralement été positive sur les principaux marchés boursiers, et le mois d’août n’a pas fait exception.”

La banque centrale a déclaré que l’avancée du variant delta, plus incontrôlable, pourrait encore retarder une reprise complète de l’économie, ce qui n’est pas une bonne nouvelle. Au même moment, les chiffres de ventes (US Retail Sales) décevants pour juillet ont été publiés aux Etats-Unis. Cela s’explique en partie par la baisse des ventes de voitures en raison de la pénurie mondiale de puces. Le prix du pétrole a également chuté de son point culminant de 75,37 USD/baril début juillet à 62,25 USD fin août. Enfin, le concept de “Tapering” est revenu sur le devant de la scène aux États-Unis. Il s’agit de la réduction des programmes d’achat d’obligations par la banque centrale (la “Fed”). Que la Fed procède à un “tapering” n’est pas illogique compte tenu de la reprise économique. La question est de savoir quand (peut-être déjà cette année) et à quel rythme. Ces injections de capitaux étant en elles-mêmes positives afin de soutenir l’économie et les marchés. Pour rappel, en 2013 la banque centrale a déjà procédé à un « tapering », qui a eu pour conséquence une vague de vente sur les marchés. Un évènement irrationnel et injuste. Les bourses ont poursuivi leur redressement par la suite. Aux Etats-Unis, ces vagues de ventes sont surnommées : « Taper Tantrum ».

Le secteur technologique chinois a enregistré des performances particulièrement mauvaises ces derniers temps. Cela est principalement dû aux nouvelles réglementations que Pékin impose, entre autres, sur la protection des données personnelles. L’objectif est de limiter la position dominante des géants technologiques tels qu’Alibaba et Tencent. Ces mesures, le président chinois a annoncé le 17 août qu’il allait également réguler les “revenus trop élevés” en faveur du bien commun. Cela a eu un impact négatif sur les actions du secteur du luxe comme LVMH, entre autres.

L’Europe a également été touchée par la chute des prix des produits de base, les inquiétudes concernant le variant delta et la possibilité d’une réduction progressive des taux d’intérêt par la Banque Centrale Européenne.

Qu’est-ce que cela signifie pour vos investissements ?

Les événements de la semaine du 16 août sont des fluctuations attendues. Il n’est pas illogique que la banque centrale ralentisse à un certain moment pendant les périodes de forte reprise. En outre, la hausse des prix des produits de base était le résultat d’une forte demande soudaine due au réveil de l’économie après des périodes de blocage.

Est-ce que cela se reproduira à l’avenir ? Plus que probable. Mais globalement, les indicateurs économiques restent positifs et les PMI (indice du pouvoir d’achat) restent favorables. En outre, les tendances de l’emploi sont généralement favorables et la consommation devrait également continuer à se redresser.

Une forte croissance, comme mentionné précédemment, peut inciter les banques centrales à réduire leurs programmes d’achat. Mais malgré une inflation plus élevée que prévu, la politique monétaire reste accommodante et aucune hausse des taux d’intérêt à court terme n’est en vue aux États-Unis ou en Europe.

Nous ne pouvons pas dire que les marchés sont bon marché aujourd’hui, mais n’oubliez pas que les marchés d’actions ont enregistré de fortes performances cette année, ce qui a entraîné des bénéfices pour les entreprises. Il sera donc important à l’avenir de regarder au-delà des résultats des entreprises.