Investir
31/05/2021

Aperçu mensuel – L’inflation est-elle de retour ?

Ecrit par Gilles Coens, expert en investissements chez MeDirect

Chaque mois, notre expert en investissements Gilles Coens nous donne son aperçu sur les événements récents au niveau économique et financier. Ce mois-ci il parle de l’inflation actuelle. Le mois de mars 2020 restera dans les mémoires comme le début de la pandémie et le confinement qui l'a accompagnée. Notre économie s'est arrêtée, tout comme la demande, ce qui a entraîné une baisse des prix, d'où la déflation. En mars 2021, l'économie redémarre, il y a une hausse de la demande et des prix, ce qui entraîne une inflation. Mais l'inflation se maintiendra-t-elle, même si nous sommes depuis longtemps en dessous de la limite de 2 % d'inflation ? 

Rôle de la Banque Centrale Européenne

La Banque Centrale Européenne (BCE) a une cible d'inflation de 2%. Ces dernières années, la BCE a dû prendre de nombreuses initiatives pour éviter la déflation, une baisse générale des prix. Malgré tous les efforts, cet objectif est loin d'avoir été atteint ces dernières années. Le faible taux d'inflation a trois causes :

  1. Le vieillissement de la population européenne.
  2. L' "Amazonification" ou les sociétés d’e-commerce telles qu'Amazon, entre autres, ont exercé une forte pression à la baisse sur les prix.
  3. Les taux de chômage plus élevés dans les pays d'Europe du Sud ont maintenu l'inflation de la zone euro à un faible niveau.

Depuis dix ans, la BCE met en œuvre les deux mesures de politique monétaire très accommodantes suivantes :

  1. Depuis 2014, elle applique un taux de dépôt négatif, qui s'établit désormais à -0,50 %. Les banques paient donc des intérêts lorsqu'elles placent leurs liquidités excédentaires auprès de la BCE.
  2. Un autre programme de grande envergure est le programme de rachat d'obligations, qui a également entraîné une baisse des taux d'intérêt à long terme. L'objectif est de faciliter la consommation et l'investissement en offrant de faibles taux d'intérêt sur les prêts, d'une part, et sur l'épargne, d'autre part.

En avril 2021, le taux d'inflation dans la zone euro était de 1,6 %. Il s'agit d'une forte augmentation par rapport, par exemple, à décembre 2020 où le même taux d'inflation était négatif à -0,3 %. Toutefois, depuis janvier, ce chiffre n'a cessé d'augmenter pour atteindre son niveau actuel.

La hausse de l'inflation va-t-elle changer bientôt ?

La BCE s'attend à ce que l'inflation reste assez faible. En effet, le rebond de l'économie est passé d'un point très bas à un point très haut et va continuer à se stabiliser. En outre, l'inflation de base, qui exclut l'énergie, l'alcool et le tabac, est beaucoup plus faible, puisqu'elle n'est que de 0,7 %. C'est principalement le secteur de l'énergie qui est à l'origine de la reprise. Il n'est pas surprenant qu'en raison des blocages mondiaux, l'activité économique ait été beaucoup plus faible l'hiver dernier, ce qui a entraîné une baisse de la consommation industrielle, mais aussi de la demande de transport. Entre-temps, l'activité a partiellement redémarré et, après avoir touché le fond, la demande d'énergie augmente à nouveau.  

Que fait la BCE aujourd'hui ?

Alors que l'inflation est revenue d'un point très bas et qu'elle est principalement due à la reprise des prix de l'énergie et au retour à des taux normaux dans le secteur aérien, la BCE a décidé le 22 avril de ne pas modifier sa politique monétaire. Ainsi, le taux de dépôt de la BCE reste à -0,50% et elle maintiendra son programme d'achat d'obligations aussi longtemps qu'elle le jugera nécessaire pour maintenir l'inflation à des niveaux stables. Les achats effectués spécifiquement en raison de la pandémie se poursuivront au moins jusqu'en mars 2022, voire plus longtemps si nécessaire.

Ainsi, la politique monétaire reste actuellement très accommodante.

En savoir plus sur le rôle du BCE pendant la pandémie.

Amérique versus Europe

Les choses sont un peu différentes de l'autre côté de l'océan. Les marchés américains ont anticipé plus tôt une inflation plus élevée et l'avaient déjà prise en compte dans leurs prix. Par exemple, sur la base de recherches, Dow Jones a anticipé un taux d'inflation de 3,6 % pour avril 2021. Au final, le taux d'inflation américain a été de 4,2 % ce mois-là, ce qui a surpris même certains membres de la Fed, la banque centrale américaine.  En Europe, les taux d'inflation sont encore relativement faibles par rapport à ceux des États-Unis, ce qui n'est pas négligeable. En effet, les taux d'inflation étaient déjà plus élevés aux États-Unis qu'en Europe : une résurgence de l'inflation à partir d'un point très bas est généralement positive. Une hausse de l'inflation là où l'inflation était déjà normale ou même plus élevée crée davantage de nervosité.

"En Europe, les taux d'inflation sont encore relativement faibles par rapport à ceux des États-Unis, ce qui n'est pas sans importance...”
Gilles Coens

Cette hausse plus forte et une communication pas très claire de la part de la Fed ont créé de l'incertitude sur les marchés. Aux États-Unis, on craint davantage que cette hausse de l'inflation ne soit plus structurelle. Il est difficile de trouver des travailleurs, les salaires doivent donc augmenter pour attirer les gens. Et avec la croissance des salaires, vous générez aussi de l'inflation. En somme, nous ne devons pas nous inquiéter, mais nous devons rester attentifs à ces facteurs générateurs d'inflation. 

Quoi qu'il en soit, ce qui se passe à Wall Street a un impact sur l'ensemble de l'économie mondiale. 

Qu'est-ce que cela signifie pour les épargnants ?

Avec une inflation plus élevée, on pense que le taux d'intérêt sur le compte d'épargne augmentera également. Ici, vous devez tenir compte du long terme et du court terme.

Long terme versus court terme

Il est vrai que les taux d'intérêt ont augmenté, mais c'est à long terme. Les taux à court terme sont influencés par les décisions de la BCE et n'augmenteront pas pour le moment. Il y a donc peu de changement en vue pour les taux des comptes d'épargne.

Malgré les programmes d'achat, nous avons vu les taux à long terme augmenter cette année. Prenez les obligations d'État allemandes à 10 ans, qui sont passées de -0,57 % fin décembre 2020 à -0,17 % fin mai de cette année. Les taux d'intérêt restent négatifs, mais ils ont commencé à rattraper leur retard. Cela pourrait avoir un impact sur les prêts hypothécaires, par exemple.

Qu'est-ce que cela signifie pour les investisseurs ?

Marché des obligations

Pour le marché obligataire, l'inflation est une moins bonne nouvelle. Les obligations sont plus susceptibles d'être soumises à des taux d'intérêt à long terme, en fonction de leur échéance. Et la hausse des taux d'intérêt est négative pour la valeur des obligations existantes. Les obligations nouvellement émises sont plus intéressantes en raison de leurs taux d'intérêt plus élevés.  Plus le taux d'intérêt d'une obligation est bas et plus sa durée est longue, plus cet effet peut être important.

"Si l'inflation est une moins bonne nouvelle pour le marché obligataire, elle permet de diversifier le portefeuille.”
Gilles Coens

Vendre toutes vos obligations ? Ce n'est certainement pas le message, ils continuent à fournir une diversification au sein du portefeuille. Il est également important d'examiner les fonds gérés activement. La gestion professionnelle peut, selon le fonds, donner au gestionnaire la possibilité d'anticiper et d'absorber partiellement de tels mouvements en fonction de sa gestion des risques.

Marché des actions

Pour le marché boursier, en revanche, l'inflation est bonne tant qu'elle reste gérable et garde son but. L'inflation est en fait un signe que l'économie progresse : les entreprises sont plus performantes et gagnent plus d'argent. Pour les actions, une légère inflation stable ou une légère augmentation a historiquement eu un impact positif.

Ce dont nous devons nous prémunir, c'est lorsque l'inflation dépasse l'objectif de la banque centrale. Cela s'est produit en mai aux États-Unis, alors que l'inflation était déjà relativement élevée. A titre de comparaison, en mars, il était déjà de 2,62%, alors que dans la zone euro, il n'était que de 1,3%. La question se pose alors de savoir dans quelle mesure la résurgence de l'inflation est temporaire et si la Fed doit adopter une politique monétaire plus stricte à l'avenir. Les marchés ont réagi nerveusement.

Ce sont surtout les valeurs de croissance, plus chères, qui ont été vendues, tandis que les valeurs plus cycliques ont mieux résisté. Cela n'a rien d'anormal : les valeurs de croissance ont souvent besoin de plus de crédit pour se développer et seront pénalisées par d'éventuelles hausses de taux d'intérêt. Les actions cycliques, en revanche, peuvent davantage bénéficier des prévisions de croissance et les actions immobilières sont souvent considérées comme plus résistantes à l'inflation. Encore une fois, cela ne veut pas dire que les actions de croissance n'ont aucun potentiel, bien au contraire. Par exemple, on s'attend à ce que les entreprises technologiques continuent à se développer dans les années à venir. La diversification reste donc le message.

Conclusion

La marge de manœuvre est faible pour l'instant, car les taux d'intérêt restent bas. Pour les liquidités, les taux d'intérêt réels restent négatifs, ce qui signifie que les taux d'intérêt des produits d'épargne sont inférieurs à l'inflation.

Les obligations sont moins résistantes à l'inflation en raison des hausses potentielles des taux d'intérêt qui accompagnent traditionnellement une inflation plus élevée, mais certaines catégories d'obligations sont plus résistantes. Les fonds à gestion active peuvent constituer une solution pour la gestion active d'un portefeuille obligataire.

Même si certains marchés d'actions s'avèrent relativement chers, ils restent intéressants. N'oublions pas que les prévisions de croissance sont généralement positives et que les indicateurs macroéconomiques, tels que la confiance des directeurs d'achat, laissent également entrevoir une poursuite de la croissance.

Bien entendu, cela ne signifie pas que l'investisseur ne doit investir que dans des actions - la diversification reste la clé du portefeuille d'investissement. Il est important d'adopter une vision à long terme et de combiner à la fois des obligations et des actions dans le portefeuille diversifié. Finalement, à long terme, les deux apporteront la stabilité au portefeuille. Sans fournir les réserves de trésorerie nécessaires pour maintenir un tampon de liquidité.

"La diversification reste la clé du portefeuille d'investissement. Il est important d'adopter une vision à long terme et de combiner à la fois des obligations et des actions dans le portefeuille diversifié.”
Gilles Coens